Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ASAEECC  «Votre vie à Carrières»

ASAEECC «Votre vie à Carrières»

Association de soutien des activités économiques, des artisans, des associations et de la qualité de vie à Carrières-sous-Poissy


CA2RS : Le massacre d'arbres va continuer ! Entre prétextes et mensonges...

Publié par ASAEECC "Votre vie à Carrières" sur 19 Août 2015, 07:05am

Catégories : #Actualité sur votre ville

Ils peuvent baisser la tête nos élus du département en passant devant le cimetière d'arbres du parc du peuple de l'herbeIls peuvent baisser la tête nos élus du département en passant devant le cimetière d'arbres du parc du peuple de l'herbeIls peuvent baisser la tête nos élus du département en passant devant le cimetière d'arbres du parc du peuple de l'herbe

Ils peuvent baisser la tête nos élus du département en passant devant le cimetière d'arbres du parc du peuple de l'herbe

CA2RS : Le massacre d'arbres va continuer ! Entre prétextes et mensonges...
CA2RS : Le massacre d'arbres va continuer ! Entre prétextes et mensonges...

La CA2RS nous informe dans sa lettre Info'Chantier de juillet 2015 que les peupliers des bords de seine, entre la grève alluviale et l'étang de La vielle Ferme, seront coupés pour des raisons de sécurité ! Nous vous rappelons que plus de 180 peupliers ont déjà été abattus.

M. TAUTOU, Maire de Verneuil et président de la CA2RS, n'a pas assez de problèmes comme ça avec les Vernoliens et Vernoliennes qui essayent de sauver le bois de Verneuil, il faut qu'il vienne justifier aussi l'abattage des arbres de Carrières-sous-Poissy afin d'éviter qu'on montre du doigt le principal responsable: le Conseil départemental !

"Pour des raisons de sécurité" : encore un prétexte qui arrange la CA2RS et le Conseil départemental pour justifier ce nouveau massacre. Nous avons fait des recherches auprès de spécialistes et le constat nous a tout simplement conforté dans notre position :

Il y a plusieurs sortes de peupliers et leur espérance de vie est plus ou moins longue :

  • Peuplier noir/Peuplier d'Italie : 400 ans/150 ans
  • Peuplier blanc : 300 ans
  • Peuplier grisard : 100 ans
  • Tremble : 300 ans

Pourtant la CA2RS indique qu'ils ont entre 30 et 40 ans et qu'ils sont en fin de vie ! Quelle que soit la race c'est autour de 100 ans au minimum, nous sommes donc loin du compte puisqu'ils ne sont même pas à la moitié de leur vie...

Savez-vous combien coûte l'abattage d'un arbre :

En moyenne, un forfait abattage d'arbre par un élagueur professionnel se situe entre 200 et 500€ en fonction de la taille de l’arbre. Attention ! Ce prix abattage arbre comprend la coupe et l’évacuation, mais en aucun cas l’élimination de la souche. Éliminer une souche demande bien plus de travail donc il faut compter facilement un tarif double si on veut abattre un arbre et éliminer la souche.

Notre sécurité est aussi mise en avant par la CA2RS :

Les peupliers des bords de seine ont en majorité une quarantaine d'années et avaient bien résisté à la violente tempête de 1999, ce qui n'a pas été le cas pour ceux du Parc de Sceaux. Âgés de 69 ans, les arbres avaient été plantés dans les années 30.

Il y a donc 29 ans de différence entre ceux du parc du peuple de l'herbe et ceux du parc de sceaux. Est-ce une bonne raison pour les couper si jeune ? Nous ne le pensons pas...

Si les peupliers ont été plantés aux bords de seine, c'est pour la simple et bonne raison qu'ils sont d'une grande utilité dans les zones inondables :

En Europe, dans certaines zones inondables ont été plantés en peupliers, qui sont coupés entre 30 et 50 ans d'âge. Cette exploitation se fait au détriment des écosystèmes des zones humides, qui sont parmi les plus riches et au détriment des végétations capables de survivre à la sécheresse ou aux inondations alternées.

Quand l'ASAEECC avait annoncé au mois d'octobre que le quartier Saint-Louis avait été fragilisé par la création de la grève alluviale en cas de crue, elle ne pensait pas que l'abattage des peupliers amplifierait le phénomène sur une zone inondable, ce qui est malheureusement le cas...

La CA2RS vente aussi la création de zones humides, mais les zones humides existaient déjà grâce aux peupliers.

Les peupliers pouvaient aussi survivre à la sécheresse, ce qui n'est pas le cas de plusieurs variétés d'arbres qui ont été plantés. Le constat est flagrant quand on voit le nombre d'arbres morts que le conseil départemental remplace depuis le début des travaux (plus d'un 1 an).

Lors de la visite de chantier de mai dernier, M. TAUTOU, président de la CA2RS, avait dit qu'il aurait été dommage de garder ces arbres, car nous aurions eu un rideau, nous empêchant de voir les péniches en mouvement sur la Seine.

Eh oui, c'est si beau les péniches transportant des gravas ou du sable... peut-être un clin d’œil au futur port de déchets qui sera juste à côté du Parc du Peuple de l'Herbe.

M. Jean-François RAYNAL, 5ème vice-président du Conseil Départemental, lors d'un entretien au château Vanderbilt avait annoncé que si cela avait été des Chênes on aurait peut être vu les choses autrement !

Il suffirait d'un simple élagage et l'enlèvement du gui comme cela a été fait au bord de l'étang de la vielle ferme. Comme quoi tout est possible et certainement à moindre coût, car il faut compter une centaine d'euros en moyenne par arbre. Les peupliers permettaient d'avoir de l'ombre sur tout le long du chemin de halage.

La seule raison de l'abattage d'autant d'arbres c'est pour des questions d’esthétique, pour la création et l'aménagement d'un parc artificiel, très couteux, de 25 millions d'euros et non pour un parc écologique naturel comme c'est si souvent annoncé par les lettres inexactes "chantier info" de la CA2RS.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents