Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASAEECC  «Votre vie à Carrières»

ASAEECC «Votre vie à Carrières»

Association de soutien des activités économiques, des artisans, des associations et de la qualité de vie à Carrières-sous-Poissy


Que faire face à la disparition des médecins de famille ?

Publié par ASAEECC "Votre vie à Carrières" sur 11 Mai 2016, 06:05am

Catégories : #Astuces et Réglementations

Que faire face à la disparition des médecins de famille ?
Que faire face à la disparition des médecins de famille ?

Carrières sous-Poissy n'est pas épargnée par le manque de médecin.

"Alternatif Bien-Être" vous donne d'autres solutions possibles :

Pendant des années, je ne suis jamais allé à l'hôpital. En cas de mauvaise toux, fièvre, infection et même accident domestique, notre médecin de famille accourait à la maison.

Il faisait lui-même les points de suture, et aussi les plâtres. Il pouvait parfois prescrire des médicaments, des antibiotiques ; mais il essayait, autant que possible, de rester sur des solutions douces :

  • Pour dormir, il conseillait une plante, la valériane, ou une infusion de passiflore
  • Pour l'angine, il nous faisait sucer des glaçons et nous donnait de l'huile essentielle d'origan, avec une cuillerée de miel
  • Pour les digestions difficiles, il nous donnait du fenouil
  • Et il s'assurait toujours que personne dans la famille ne manquât de vitamines, ni de magnésium.

Les recherches scientifiques récentes lui ont donné raison. En 2012, une grande étude en double-aveugle contre placebo publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) a montré que les multivitamines permettent une baisse du risque de cancer qui, à l'échelle de l'Europe, représenterait 224 000 personnes épargnées chaque année [1].

Une toute nouvelle étude publiée dans le Journal of Nutrition (décembre 2013) indique que des apports importants en magnésium réduisent la mortalité de 34 % chez toutes les catégories de personnes, que vous soyez malade ou en bonne santé [2].

Pour les maladies cardiovasculaires, la baisse du risque de mortalité était de 59 % et le risque de décès par cancer de 37 % [3]. Ce n'est pas étonnant car le magnésium est un minéral essentiel à de nombreuses réactions enzymatiques.

Les compléments alimentaires, voilà l'ennemi

Et pourtant, la presse et les autorités sanitaires n'abordent le sujet des compléments alimentaires que pour les dénigrer et mettre le public en garde en invoquant des dangers imaginaires. Ils voudraient augmenter le nombre de malades qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.

Multivitamines et magnésium ne sont pourtant pas, et de très loin, les seuls produits naturels à avoir des bienfaits remarquables pour la santé.

Un simple complément de vitamine C, par exemple, réduit de 50 % le risque d'attraper un rhume dans les conditions extrêmes, et réduit la durée de la maladie de 10 % chez les adultes et 15 % chez les enfants [4].

Combinée à la vitamine E, au bêtacarotène et au zinc, la vitamine C diminue de 25 % le risque de développer une forme avancée de la dégénérescence maculaire (maladie des yeux) et de 19 % le risque de devenir aveugle chez les personnes souffrant d'un début de la maladie, selon une vaste étude clinique réalisée aux Etats-Unis et publiée en octobre 2001 dans Archives of Ophtalmology [5].

Quand on sait que manquer de vitamine C provoque aussi des saignements de gencives et des problèmes dans la formation du collagène, la substance qui fait tenir ensemble nos organes, on ne voit aucune raison de chercher à dissuader la population d'en prendre, à moins de préférer que les gens ne soient malades.

Contre les problèmes de démence, dont l'épidémie d'Alzheimer qui nous menace tous, pourquoi ne parle-t-on pas au public des vitamines B ?

Les chercheurs de l’Université d’Oxford ont mis en évidence depuis plus de 5 ans le rôle bénéfique des vitamines B6, B9 et B12 contre la maladie d’Alzheimer. La prise de doses importantes de ces vitamines ralentirait le déclin mental, retardant ainsi le développement de la maladie [6].

Mais qui en a entendu parler ? Qui peut se vanter de s'être fait prescrire par son médecin de bonnes doses de vitamine B ???

Les compléments alimentaires plus nécessaires aujourd'hui qu'autrefois

Il est vrai que les compléments alimentaires sont d'invention récente et que l'on pouvait autrefois être en bonne santé sans en prendre.

Mais il y a plusieurs explications à cela.

D'abord, les modes de culture, plus lents, plus respectueux des cycles de la nature, garantissaient une plus forte teneur des produits en nutriments essentiels.

Ensuite, autrefois, fruits et légumes étaient pratiquement toujours consommés immédiatement, sur leur lieu même de production. Il n'y avait ni moyens de transports rapides, ni systèmes de réfrigération pour les conserver. Actuellement, les espèces ont été sélectionnées et modifiées pour leur aspect, leur régularité, leur résistance aux transports et leur durée de conservation. Mais ces changements se sont faits au prix d'une diminution de la saveur et de l'intérêt nutritionnel. Certains estiment qu'il faudra bientôt consommer 50 fruits et légumes par jour pour couvrir nos besoins en vitamines et minéraux [7].

La pollution, le stress, les ondes électromagnétiques omniprésentes, la vie dans les bureaux, dans l'air conditionné et devant un écran d'ordinateur, le manque de soleil, sont particulièrement mauvais pour l'organisme et nécessitent des apports accrus en nutriments essentiels.

De plus, nos aïeux avaient un mode de vie bien différent du nôtre qui nécessitait de manger beaucoup plus. Travail aux champs ou à l'usine, absence de chauffage central, habitat et vêtements moins isolants, déplacements fréquents à pied ou à cheval, vie au grand air, ils mangeaient beaucoup plus que nous en quantité et avaient donc des apports très supérieurs en nutriments essentiels.

Ils mangeaient enfin beaucoup plus d'abats, comme la cervelle qui contient la précieuse phosphatidylcholine, du foie riche en vitamine A, de la moelle pleine de composants du système immunitaire… Leur alimentation était donc beaucoup plus complète.

Le phénomène est d'autant plus fort que, actuellement, de nombreuses personnes doivent réduire leurs apports de certaines catégories de nourriture, que ce soit pour des questions de surpoids, d'intolérance, d'allergie, de budget ou d'éthique (par exemple les végétariens). Cela crée des risques de déficits que seuls les compléments alimentaires peuvent compenser.

De nombreuses personnes prennent aussi des médicaments qui appauvrissent l'organisme en nutriments. On pense par exemple au paracétamol qui, pris de façon régulière, épuise les réserves de glutathion, un antioxydant vital dans le foie. Il y a les statines, qui éliminent la CoQ10, ou encore les inhibiteurs de la pompe à protons (contre les reflux acides), qui augmentent le risque de carence en vitamine B12. Là encore, des compléments alimentaires sont indispensables.

Et, aujourd'hui comme autrefois, il y a toujours ces périodes de la vie où l'on a plus de risques de déficits en nutriments essentiels : les femmes enceintes ont des besoins particuliers en oméga-3, fer, folates, calcium. Les personnes âgées qui assimilent moins bien les aliments, les enfants en croissance, les étudiants en examen, les sportifs, tous ont des besoins particuliers qui ne sont pas forcément couverts de façon optimale par une alimentation normale.

Mais qui en parle ? Qui en informe la population de façon structurée, suivie, fiable ?

Une information confidentielle et réservée à une élite… fortunée

Malheureusement, seule une petite minorité de praticiens dans les hôpitaux, les cabinets médicaux, et même dans les facultés de médecine, étudient ces sujets de façon approfondie.

Aujourd'hui, sans énormes dépassements d'honoraires, il est devenu difficile de trouver un médecin qui prenne le temps de vous expliquer tout cela, ou même qui connaisse bien le sujet.

Même pour les maladies les plus graves comme le cancer, où les chances de survie dépendent fortement des conditions physiques, nutritionnelles et psychologiques dans lesquelles vous affrontez la maladie, les conseils donnés aux malades sont souvent indigents (pauvres).

On vous coupe la tumeur (chirurgie), on vous la brûle (radiothérapie), on vous l'empoisonne (chimiothérapie). Mais les seuls compléments réels qu'on vous donne en général sont l'adresse pour vous faire confectionner une perruque, et en cas de décès, un entretien avec un psychologue pour votre conjoint survivant.

La solution n'est ni chez votre médecin, ni dans votre pharmacie

Alors, que faire si vous tombez malade, vous ou une personne que vous aimez ?

Que faire, surtout, si vous êtes frappé par une affection grave, complexe, qui demande une prise en charge globale, avec des soins alternatifs pour compléter la démarche conventionnelle ?

Vous laisser « prendre en charge » par le système médical, en croisant les doigts et en espérant pour le mieux ?

Non. Il existe une solution simple, pratique et bon marché pour vous assurer de bénéficier du meilleur des traitements conventionnels et alternatifs connus.

Des médecins compétents, des thérapeutes consciencieux et bien renseignés, il y en a encore. Nous avons même aujourd'hui des spécialistes qui en savent plus que toutes les générations de médecins avant eux.

Alternatif Bien-Être n'est pas un « magazine de santé

Alternatif Bien-Être n'est pas un « magazine de santé ». Vous ne trouverez dans nos pages aucune publicité ni photo retouchée. Notre but n'est pas de vous faire rêver. Ce que nous faisons, c'est vous apporter des solutions concrètes, faciles à comprendre, rapides à mettre en œuvre, et naturelles pour :

  • Soigner les petits maux du quotidien : l'angélique officinale facilite la digestion et élimine les flatulences ; la citruline soulage les crampes ; les huiles essentielles de gaulthérie odorante et de menthe poivrée pulvérisent le mal de crâne… Nous vous aidons à redécouvrir les remèdes simples de tous les jours, autrefois bien connus dans les campagnes.
  • Accompagner les maladies graves : ce qu'il faut manger pendant une chimio ; les micronutriments qui nettoient les artères ; sortir de la dépression sans médicaments ; ralentir Parkinson avec le glutathion… Un dossier complet traite des solutions naturelles aux maladies lourdes dans chacun de nos numéros.
  • Vous protéger des sectes et des charlatans : les inventeurs de génie existent ; les escrocs aussi. Nos experts vous disent la vérité sur les thérapeutes poursuivis par les autorités.
  • Sélectionner pour vous les bons produits : Internet est une jungle. Nous vous indiquons les vendeurs fiables de compléments alimentaires, plantes et produits naturels ; vous économisez de l'argent et guérissez plus vite.
  • Vous avertir des médicaments inutiles et dangereux avant les grands médias : sur les dangers des médicaments anticholestérol (statines), nos lecteurs ont eu 5 ans d'avance ; sur les adjuvants dans les vaccins : 12 ans ; sur la pilule : 8 ans ; sur l'aluminium dans les déodorants : 5 ans. Soyez informé avant qu'il ne soit trop tard.
  • Découvrir les remèdes des cinq continents : vous avez 95 % de risques de mourir d'une maladie pour laquelle il existe déjà une solution, quelque part dans le monde. La médecine moderne est cloisonnée mais nos experts internationaux vous informent des solutions pratiquées dans toutes les cultures.

Car ne vous y trompez pas : il existe vraiment des espoirs de guérison pour toutes les maladies, à partir du moment où vous sortez des sentiers battus de la médecine officielle.

Plus de 250 percées majeures… ignorées de la plupart des médecins

Sur les dix dernières années, notre équipe a publié plus de 250 percées majeures capables de réduire la douleur et soigner des maladies pour des millions de personnes.

Elles peuvent venir d'Amazonie, d'Inde, de Chine, des Etats-Unis… ou d'une équipe de chercheurs tout près de chez vous.

Votre médecin lui-même n'en sera pas informé avant des années : la procédure d'agrément des nouvelles thérapies dure aujourd'hui quinze ans en moyenne.

Mais vous pouvez décider aujourd'hui de rejoindre les lecteurs d'Alternatif Bien-Être et vous aurez accès aux dernières découvertes naturelles pour soigner les maladies cardiaques, le cancer, le diabète, l'arthrose, les problèmes de prostate, d'incontinence, d'angoisse, de dépression, de perte de mémoire, de peau, de vue, de cheveux, de sommeil, vous pouvez continuer la liste !

Protégez-vous de la désinformation médicale

La grande majorité de nos lecteurs, toutefois, n’est pas malade. Ils lisent Alternatif Bien-Être parce que :

  • Ils savent que la prévention est le meilleur des médicaments : 4 à 6 gouttes par jour de vitamine D3 réduiront votre risque de cancer, d'Alzheimer, de dépression et de mort prématurée ; plus d'oméga-3 et moins d'oméga-6 vous protègeront des maladies cardiaques ; surveiller la charge glycémique de vos aliments empêchera l'obésité et le diabète. Ce n'est en général pas un hasard lorsqu'une personne arrive à 100 ans en bonne santé et nous vous donnons les trucs qui font la différence.
  • Ils se protègent contre la désinformation et les mensonges du lobby pharmaceutique : bien des sites de santé et articles de journaux sont rédigés par les services de marketing de l'industrie du médicament. Il faut en avoir conscience et contrebalancer avec des sources objectives.
  • Ils veulent comprendre comment fonctionne leur corps : Alternatif Bien-Être existe pour les personnes qui veulent prendre leur santé en main. Nous luttons contre l'assistanat où la médecine veut parfois enfermer les malades, en donnant des explications claires, toujours agréables à lire, et facilement compréhensibles par les non professionnels.
  • Ils aident leurs enfants et les personnes qui les entourent à faire bon usage de la médecine : pour les urgences, la médecine moderne est plus efficace. Pour les maladies chroniques (dépression, diabète, arthrose, herpès…), les petits maux du quotidien, les médecines douces soulagent à long terme. Nous révélons comment.
  • Ils découvrent des façons naturelles de ralentir et même inverser le vieillissement : la tisane de saule blanc peut faire chuter votre risque d'Alzheimer de 75 % ; grâce aux aliments qui favorisent la HGH (Human Growth Hormone), vous avez moins de graisse, plus de muscle et une peau plus ferme ; les isoflavones du soja réduisent les bouffées de chaleur à la ménopause ; avec chaque numéro, vous pouvez gagner des années de vie en bonne santé.
  • Ils bénéficient des thérapies pratiquées aux 4 coins du monde : la moule aux orles verts préserve les Maoris de l'arthrose ; le maté des indiens Guaranis libère de la fatigue, des maux de tête et des rhumatismes ; pour le diabète, la Gymnema sylvestris utilisée en médecine ayurvédique (Inde) supprime naturellement les envies de sucre.
  • Ils apprennent à se servir des compléments alimentaires, des plantes, des huiles essentielles, du silicium organique, des probiotiques, de l'argent colloïdal, de la sève de bouleau, du vinaigre de cidre, de la propolis, du miel de Manuka et des milliers de produits qu'on trouve dans la nature et qui ont chacun leurs indications précises.

Thérapies quantiques, médecine cellulaire, médecines orientales : avec Alternatif Bien-Être, vous saurez désormais précisément quoi attendre de chacune de ces disciplines. Face à tout problème, vous serez dirigé vers une solution ciblée. Votre famille, vos amis sauront qu'ils peuvent compter sur vous pour les éclairer dans cet univers si riche.

Profitez de tout l'éventail des médecines

Car à côté des nouvelles médecines, nous donnons la parole à des herboristes et des guérisseurs des traditions les plus diverses et les plus anciennes : usage des « simples », médecine ayurvédique, acupuncture, médecine médiévale d'Hildegarde de Bingen, art traditionnel des rebouteux et même chamans et tireurs de feu.

Quoi qu'en pensent les absolutistes de la médecine moderne, nos ancêtres ont été soignés pendant des siècles par des personnes qui avaient une habileté à remettre en place les « nerfs froissés » et les « tendons qui sautent », à « dénouer les muscles », soigner les foulures, les articulations démises et même les fractures. Cataplasmes, infusions et décoctions étaient couramment utilisés avec efficacité.

Avoir voulu faire table rase de ces savoirs ancestraux a entraîné un gâchis colossal, de même qu'il est scandaleux d'étouffer les nouvelles réussites de la nutrithérapie, dans le domaine de la phytothérapie et en décodage biologique. C'est condamner des milliers de patients à souffrir alors qu'une solution naturelle est peut-être à portée de la main.

Et c'est pour lutter contre cette nouvelle forme d'obscurantisme médical qu'Alternatif Bien-Être existe. Rien que dans notre dernier numéro, nos lecteurs ont pu découvrir des solutions aussi diverses que :

  • Le test pour savoir si vous êtes prêt à résister au cancer : il s'agit en plus d'un test simple qui s'appuie sur la mesure d’acidité de votre corps.
  • Le parcours étonnant d’Elke Arod qui a guéri son propre fils de l’autisme, et ce sans recours aux médicaments. Ce parcours commence par… la cuisine asiatique.
  • Les acides aminés qu’il faut absolument surveiller parmi les aliments que l’on consomme pour vivre mieux et plus longtemps. Manger moins ne sert à rien ! On vous explique pourquoi la « restriction calorique » est en réalité un sacré trompe-l’œil.
  • La saniothérapie que notre chroniqueur Emmanuel Duquoc a expérimentée. Il s’agit d’une nouvelle médecine globale mesurant le tonus musculaire et recourant aux huiles essentielles et végétales. « Tendez le bras devant vous » et la toute première étape du « test de cohérence vibratoire » (TCV).
  • Les puissantes vertus anti-inflammatoires du cassis : la feuille contre l’arthrite, le bourgeon contre les allergies, un fruit riche en vitamine C.
  • Le virus Zika : le moustique a une bonne tête de coupable, mais c’est une erreur judiciaire. Une autre piste, dont les médias ne parlent pas, et pour cause, identifie un nouveau suspect à l’origine des cas de microcéphalie.
  • Les aliments qui modifient votre sommeil. Vous êtes insomniaque ? Vous dormez mal ? Peut-être commettez-vous des erreurs diététiques ! Le contenu de votre assiette a une influence directe sur votre sommeil.
  • Le rôle joué par la génétique dans l’apparition du cancer. Ce que des études menées sur des jumeaux révèlent …
  • Les 5 fruits à manger, dont l’efficacité vient d’être prouvée par une étude pour … combattre l’impuissance érectile.

Je vous envoie d'ailleurs immédiatement notre nouveau numéro d', avec nos compliments, si vous décidez de faire aujourd'hui un essai à notre journal.


******************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents