Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASAEECC  «Votre vie à Carrières»

ASAEECC «Votre vie à Carrières»

Association de soutien des activités économiques, des artisans, des associations et de la qualité de vie à Carrières-sous-Poissy


C'est officiel, d'ici un an il y aura une aire de grand passage à Carrières-sous-Poissy

Publié par ASAEECC "Votre vie à Carrières" sur 23 Octobre 2016, 09:32am

Catégories : #Actualité sur votre ville

C'est officiel, d'ici un an il y aura une aire de grand passage à Carrières-sous-Poissy

Il a fallut presque dix ans pour que le président de la Communauté Urbaine GPS&O (C.U.), M. Philippe TAUTOU et les élus trouvent enfin un endroit légal pour l'installation des gens du voyage. Une décision laborieuse qu'attendaient les villes de la région Vallée de la Seine, afin que les gens du voyage ne s'installent plus n'importe où dans nos villes, comme cela a été le cas pendant plusieurs années sur le Parc du Peuple de l'Herbe à Carrières-sous-Poissy. Deux cents places (une place étant pour deux caravane, soit 400 caravanes) seront aménagées en bordure de la RD 190, à proximité de l’incinérateur Azalys, à la limite de Triel-sur-Seine. Les travaux de réalisation devraient être lancés dès l’année prochaine.

Le schéma interdépartemental au départ donnait l’obligation de construire une cinquante de places de stationnement pour l’ensemble du territoire de l'ancienne Communauté d'agglomération. D’autre part, L’Etat nous demandait de construire une aire de grand passage de 150 places. Pourquoi aujourd'hui nous nous retrouvons avec 200 places ?

Il faut savoir que l’aire de grand passage concerne tout le nord des Yvelines et englobe les territoires de la vallée de la Seine mais aussi de Saint-Germain-Sartrouville. Les territoires de Saint-Germain-Sartrouville n'en voulant pas, comme beaucoup d'autres projets d'ailleurs, c'est  Carrières-Sous-Poissy qui l'accueillera... à remarquer que souvent notre ville accueille des projets  (Traitement des déchets (Azalys), le Port industriel mitoyen avec Triel, 2800 logements supplémentaires...) pas du tout compatibles soit pour le respect de l'environnement et surtout pour une meilleure qualité de vie.

Même si nous trouvons acceptable et normal que les gens du voyage puissent bénéficier enfin d'une aire aménagée pour leur accueil, plusieurs questions se posent :

  • Qui va payer l'entretien de cette aire?
  • Payeront-t-ils l'emplacement comme dans un camping ?
  • Payeront-t-ils des impôts comme la taxe d'habitation ?
  • Payeront-t-ils des charges comme l'électricité et l'eau ?

Et sinon, qui va payer ?

En effet, ces derniers s'installaient auparavant un mois dans notre ville, deux à trois fois par an. Même si personne ne trouvait cela normal, ces derniers ne payaient quasiment rien pour ne pas dire rien du tout (branchement à l'électricité et à l'eau illégalement). Demain, ce n'est pas 3 mois dans l'année que les gens du voyage viendront mais quasiment toute l'année avec une installation "légale" en électricité et en eau.

Le faux prétexte de la C.U. pour justifier l'installation des gens du voyage à Carrières-sous-Poissy.

Nos élus ne manquent pas d'air... 

En effet, la création d'un village d'entreprises, à côté de la fabrique 21, devrait avoir lieu sous peu, mais nos élus se servent comme prétexte du camps des gens du voyage (qui ne sont là que 1 mois durant, 3 fois dans l'année) pour justifier l'impossibilité actuelle de réaliser ce projet et justifier également l'implantation de cette zone d'accueil des gens du voyage un peu plus loin, à proximité d'Azalys . 

Il n'y a effectivement aucun lien entre ces deux faits car une fois les travaux commencés il aurait été impossible pour les gens du voyage de s'installer sur ce site. Par contre, ils se seraient certainement installés à un autre endroit, peut-être plus gênant pour les élus, qui aurait certainement dû subir le mécontentement de leurs populations, à juste titre.

Enfin, l'emplacement désigné pour leur accueil est-il sans risque ?

En effet, ils se trouveront à proximité de lignes à haute tension et de l'usine de traitement de déchets. Des associations sont prêtent à regarder de près le risque sanitaire encouru par ces populations. Ce dossier n'est donc peut-être pas encore totalement prêt à aboutir... 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents