Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASAEECC  «Votre vie à Carrières»

ASAEECC «Votre vie à Carrières»

Association de soutien des activités économiques, des artisans, des associations et de la qualité de vie à Carrières-sous-Poissy


démantèlement du camp de Roms, et maintenant que va devenir cette plaine ?

Publié par ASAEECC "Votre vie à Carrières" sur 31 Août 2017, 06:47am

Catégories : #Actualité sur votre ville

Source : journal des 2 rives

Le 30 août une dizaine de cars CRS se sont déplacés pour veiller au bon déroulement de l'éviction du campement des roms de la plaine entre Chanteloup-les-Vignes, Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine. Depuis dix ans ce site interstitiel avec son émanation (site de Carrières) a fait l'objet de tous les fantasmes et débats chez les habitants de la Plaine. En réalité, on ne fait que déplacer le problème ailleurs.

 

 

Arrivé très tôt le matin du 30 août sur un site qui accueillait environ 200 personnes, on est surpris de voir la quiétude totale de la plaine. Rien ne bouge, ni des bruits d'enfants, ni les cris des gens qui rechignent à partir. Tout le monde (environ 200 personnes) est parti la veille pour des destinations inconnues...

En revanche, lorsque l'on se déplace à Carrières-sous-Poissy, on voit une dizaine de cars CRS qui veillent au bon déroulement d'une éviction qui n'est pas du goût de certains membres de la communauté roms.

"Le maire de Carrières-sous-Poissy ne nous a pas aidés" explique-t-on. Les évacués vont être déplacés à Marne-la-Vallée ou à environ 3/4 d'heures de trajet en RER. Cela n'est pas possible pour certains : "Nous sommes en famille, avec des enfants, des vieux, des cousins..  et nous allons rester sur place même s'il faut dormir à la bonne étoile". Impossible a rétorqué le sous-préfet des Yvelines, Stéphane Grauvogel, qui a garanti que tous les 42 membres du campement de Carrières-sous-Poissy seront étudiés et examinés "d'une manière sereine". "Vous pouvez pas rester dans la nature" a-t-il conclu l'échange.

Christophe Delrieu, maire de Carrières-sous-Poissy, a réfusé la domiciliation des roms et la possible scolarité des enfants de roms. Pour Christophe Delrieu, au contraire, l'éviction est urgente car depuis "avril 2017 on a constaté que la plaine est devenue une grande décharge à ciel ouvert" ; ce n'est pas possible de continuer à admettre. Le maire et son conseil municipal ont fait adopter un arrêté pour l'éviction de ces installations illicites.

La suite a été automatique : les forces de l'ordre étaient au rendez-vous à partir de 7 heures du matin pour dégager tout. Quelques membres de la Ligue des droits de l'homme (LDH) et du Secours catholique se sont déplacés pour porter un coup de main aux familles.

En réalité, une trentaine de caravanes se sont déplacées à Triel (terrain du Conseil départemental des Yvelines) et ils ont négocié avec le maire de Triel pour un "sort de SAS" qui permettra de résoudre le problème à long terme. Joël Mancel a souligné le caractère "temporaire" de cette décision, qui semble être un passage de la patate chaude aux autres instances de décisions.  La question se pose de savoir si cette solution provisoire durera-t-elle dix ans ou plus !

L'ASAEECC reste prudente sur ce démantèlement et espère que cela aboutira à la fin des dépôts sauvages organisées dans la plaine, affaire à suivre...

Nous espérons également que des mesures concrètes vont être prisent pour sécuriser cette plaine et dans le meilleur des cas, une ou des exploitation(s) de ces terres, utiles à la région comme nous l'avons déjà demandé au président de la Communauté Urbaine. 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents