Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ASAEECC  «Votre vie à Carrières»

ASAEECC «Votre vie à Carrières»

Association de soutien des activités économiques, des artisans, des associations et de la qualité de vie à Carrières-sous-Poissy


Protection animale en détresse : Les communes mettent la main à la pâte...

Publié par ASAEECC "Votre vie à Carrières" sur 4 Mars 2018, 08:54am

Catégories : #Actualité sur votre ville

Protection animale en détresse : Les communes mettent la main à la pâte...

l'ASAEECC "votre vie à Carrières" référence et soutient depuis quelques années l'association protection animale " l' Ecole du Chat de Poissy" (EDCP) aux multiples  actions pour les chats de compagnie(*) errants en difficulté. ​​​​

Elle se sent bien seule dans le secteur à agir et ne reçoit pratiquement aucune aide des municipalités. Quelques  adhérents fidèles et  donateurs la soutiennent financièrement. C'est souvent avec peu de moyen que quelques bénévoles donnent de leur temps pour aller sauver ces animaux en souffrance sur la voie publique ou sur la propriété d'autrui.

Les raisons possibles de cette prolifération :

  • Les animaux de compagnie des propriétaires non stérilisés vagabondent dans la ville et donnent naissance à des chatons errants. Ils grandissent dehors sans contact humain et deviennent craintifs et affamés. La plupart sont atteints de coryza, de vers, de puces ... L'association les retrouve accidentés, blessés, maigres, déshydratés, agonisants, ... 
  • Les abandons,
  • Le départ en maison de retraite, hospitalisation de longue durée, décès de la personne ....

L'association arrive souvent à replacer des chats dans des familles d'accueil en attendant leur foyer définitif bien que les propositions deviennent de plus en plus rares dans notre ville et aux alentours. 

Suite à l'article de la GAZETTE EN YVELINES sur "les chats errants...." à Breuil-Bois-Robert , l'Ecole du Chat de Poissy nous a contactés pour vous informer de cette affaire et de la situation générale concernant la vie de ces chats errants.

Dans ce cadre, l'EDCP évoque les faits suivants :

"le 15 janvier 2018, nous avons reçu un appel de détresse d'une breuilloise nous demandant de prendre en charge une vingtaine de chats délaissés dans sa ville. Ils sont chétifs, couverts de puces, farouches tout en étant curieux des humains qui s'en approchent. N'ayant pas de refuge, de bénévoles rapidement devant l'urgence de la situation, nous contactons la Mairie :

Un groupe d'habitants les nourrissent mais d'autres personnes sont mécontentes du fait de nuisances (odeur, bruit, ...) générées par la présence des chats. Elles demandent  au Maire d'intervenir. Il contacte plusieurs organismes d'utilité publique (le CIPAM, la fondation Brigitte Bardot, 30 millions d'amis...) qui lui fournissent quelques conseils  - de faire stériliser les chats, aux frais de la commune, puis de les remettre sur leur lieu d'origine -.

Que deviendront ces chats stérilisés, remis dans la rue ?

Auparavant, il avait pris un arrêté interdisant de continuer de nourrir ces chats.

En réaction, une abonnée de notre page lui a envoyé une affiche mentionnant que c'était contraire à la loi :

C'est contraire à la loi :   " Le fait de priver de nourriture et d’abreuvement un animal domestique est reconnu cruauté passive conformément à l’Article R214-17 du Code Rural." Le chat errant est reconnu animal domestique par l’arrêté du 3 avril 2014 fixant les règles sanitaires et de protection animale auxquelles doivent satisfaire les activités liées aux animaux de compagnie d'espèces domestiques relevant du IV de l'article L. 214-6 du code rural et de la pêche maritime."  

Après capture, la Présidente de l'Ecole du Chat de Poissy avait d'ailleurs téléphoné au Maire en lui expliquant que c'était très bien de stériliser MAIS qu'ensuite il fallait leur trouver un foyer. Si en cas d'impossibilité,  il faudra les nourrir et assurer impérativement leur suivi sanitaire. Le Maire lui indique que quatre chats ont trouvé un foyer définitif à ce jour et qu'il continue à en proposer d'autres.

Il semblerait que ces chats n'ont pas été identifiés or un chat errant identifié devient un "CHAT LIBRE" et bénéficie d'un statut juridique protecteur. Il est placé sous la responsabilité de la commune ou de l'association protection animale. Un chat stérilisé ne se reproduira pas c'est un avantage indéniable mais non identifié reste un "CHAT ERRANT" non protégé.

La situation idéale est d'avoir une famille qui l'aime, qui lui apporte tout ce dont il a besoin.

Quand on évoque un chat libre, on pourrait croire qu'il est heureux puisqu'il est libre. En réalité, ces jours sont comptés. Il est souvent  pétrifié par la peur,  toujours sur le qui-vive et son seul but de la journée est de trouver de la nourriture par lui-même ou grâce par des personnes compatissantes. Il recherche un lieu pour se cacher et s'abriter si possible des intempéries.  

En ville, les chats se terrent sous les voitures. Par grand froid, il arrive même à se mettre sous les capots avec tous les risques que cela comporte.

Ils se réfugient dans des caves, des garages,... où il est difficile de les recueillir lorsqu’il s'agit de parties privées,  dans des bouches d'aération d'immeubles, dans les parties communes et privées, .....Les plus chanceux ont droit à des repas préparés par les bénévoles des associations et les résidents au grand cœur. Les autres font les poubelles. Leur état de santé se dégrade (coryza, malnutrition, infection par les puces, les tiques etc...). Ils sont hélas victimes d'accident et/ou de maltraitance.

Les chatons nés dans la rue survivent rarement sauf les plus costauds qui sont extrêmement craintifs car ils n'ont pas eu contact avec les humains.

Nous n'avons pas de refuge mais nous répugnons pour les raisons décrites précédemment de remettre les chats identifiés et stérilisés sur leur terrain d'origine.

C'est pourquoi nous recherchons sans cesse des familles d'accueil fiables pour les sociabiliser et des adoptants.

Nous soignons tous les chats malades qui représentent un budget conséquent.

Quand nous n'avons pas le choix, nous les remettons sur le lieu de capture ; bien souvent des jardins de particuliers mais nous sommes certains que ces personnes continueront à les nourrir et nous avertiront en cas de problème.

Nous souhaitons que chaque commune procure un terrain sécurisé pour ces chats libres et que des bénévoles viennent nous aider dans notre tâche.

Enfin, nous rappelons l'article L211-27 :

 Article L211-27 modifié par ordonnance n°2010-18 du 7 janvier 2010 - art 3 Le maire peut, par arrêté, à son initiative ou à la demande d'une association de protection des animaux, faire procéder à la capture de chats non identifiés, sans propriétaire ou sans détenteur, vivant en groupe dans des lieux publics de la commune, afin de faire procéder à leur stérilisation et à leur identification conformément à l'article L.212-10 préalablement à les relâcher dans ces mêmes lieux. Cette identification doit être réalisée au nom de la commune ou de ladite association.

La gestion, le suivi sanitaire et les conditions de la garde au sens de l'article L.211-11 de ces populations sont placés sous la responsabilité du représentant de la commune et de l'association de protection des animaux mentionnée à l'alinéa précédent.

(*) Décret n° 2004-416 du 11 mai 2004 portant publication de la convention européenne pour la protection des animaux de compagnie, faite à Strasbourg le 13 novembre 1987 et signée par la France le 18 décembre 1996

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents